Nécro (de boucher)

Publié le 28 Octobre 2013

Trop poilante, la nécro de Lou Reed dans Libé ce lundi. Très scolaire, aussi. Qu'on en juge !

Thèse : « Lewis Alan Reed (…) était un type notoirement exécrable que beaucoup de journalistes appréhendaient de rencontrer (…) : attitude absente, autoritaire, cassante, revêche. (…) Ne cesse jamais de faire la gueule. Et rétorque, le jour où quelqu’un s’étonne de son comportement : "On n’avait qu’à pas m’inviter". Une question qui, elle, ne se posera plus. » (Gilles Renault)

Antithèse : « Parce que Lou Reed avait une mauvaise réputation auprès de nombreux journalistes (ceux qui n’étaient pas préparés ou qui voulaient faire les malins), on le disait impossible, cassant, dur, capricieux, mais pour avoir assisté à quelques-uns de ces entretiens, je peux dire qu’il n’avait jamais tort (…). Oui, il avait cette réputation faite par les niais et les médiocres. » (Bernard Comment)

Le journal ne propose toutefois pas la synthèse tant attendue. Faut-il en conclure que Libé, c’est un peu comme le PS et sa fameuse synthèse introuvable ?

 

JLJ

Rédigé par immarcescible

Publié dans #actualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Merci, Valérie, pour ces good vibrations...
Répondre
V
Cher Jean-Luc,<br /> <br /> Dans le milieu de la recherche on nous dit aujourd'hui : thèse, antithèse mais pas synthèse – le but étant de rester dans une intensité vibratoire et dans un goût d'inachevé. Sans doute Lou Reed ne<br /> pouvait-il rester que dans les bad vibrations, Libé aussi d'ailleurs. L'éloge funèbre est passé de mode semble-t-il... L'éloge tout court aussi...<br /> Heureusement, tes petits mots n'oublient pas de nous faire sourire.<br /> Amitiés,<br /> <br /> Valérie
Répondre
F
Libé est comme le PS : il ne sait pas ce qu'il dit ni qui le dit. On n'a que ce qu'on mérite !
Répondre